Zéro déchet

Nous avons récemment modifié notre Déclaration de confidentialité afin de soutenir les nouvelles lois européennes sur la protection des données. Cliquez ici pour en savoir plus.

UTILISER TOUT CE QUE LES VERGERS D’AMANDIERS PRODUISENT

Les amandes nutritives que nous mangeons1 grandissent dans une coque protégée par une peau, sur un arbre. Les arbres stockent le carbone et servent à produire de l’électricité à la fin de leur vie, les coques sont transformées en matériau de litière destiné au bétail et les peaux sont exploitées pour leur apport en laitage. Rien n’est gaspillé. Les producteurs et transformateurs d’amandes de Californie ont toujours pris la responsabilité d’exploiter ces coproduits : les peaux, coques et arbres, tirant au maximum profit des ressources utilisées pour la culture des amandes et s’assurant qu’elles soient utilisées à bon escient plutôt qu’envoyées à la décharge.

Un marché en évolution pour ces matériaux a poussé la communauté des exploitants d’amandes de Californie à concentrer ses investissements en matière de recherche sur les nouvelles utilisations et sur l’adoption d’une approche zéro déchet afin de s’assurer que tout ce qui pousse dans nos vergers d’amandiers est utilisé, tout en répondant aux besoins de multiples industries telles que les industries alimentaires, pharmaceutique et automobile.

Empreinte carbone

zero waste graphicLes amandiers capturent et stockent une importante quantité de carbone tout au long de leur cycle de vie de 25 ans, et l’utilisation des peaux, des coques et de la biomasse ligneuse des arbres est cruciale afin de réduire les émissions de carbone et l’impact sur l’environnement. Compte tenu des propriétés intrinsèques des arbres et des utilisations qui sont faites actuellement des coproduits de l’amande, les pratiques de culture de l’amande permettent de compenser à l’heure actuelle environ 50 % de leurs émissions de carbone.Grâce à de nouvelles améliorations en matière de production et des changements de politiques, la communauté des exploitants d’amandes de Californie peut espérer un jour afficher un bilan carbone neutre, voire négatif. 

Dans un contexte alimentaire plus étendu, Dr. Alissa Kendall, chercheuse, déclare : « Les amandes de Californie affichent une empreinte carbone inférieure à celle de nombreux autres aliments riches en nutriments. »

Une bioéconomie authentique

genuine bioeconomy image

La Collective des amandes de Californie s’engage en faveur de nouvelles utilisations des coproduits des amandes, afin de soutenir la Californie en matière de création d’une bioéconomie authentique dans laquelle chaque sous-produit constituerait un apport pour un autre produit précieux. Des recherches sont en cours pour déterminer de quelle manière les composants des peaux et coques d’amande peuvent être transformés afin de valoriser d’autres industries.

À la manière d’un œuf cru que l’on transforme en un plat d’œufs brouillés pour le petit-déjeuner, à savoir en modifiant les propriétés des coproduits grâce à la chaleur, la fermentation, l’extraction et d’autres procédés encore, leurs composants deviennent précieux et peuvent être utilisés à d’autres fins. La recherche actuelle explore l’utilisation des composants des peaux et coques d’amandes en tant que milieu de croissance dans le cadre de la culture des champignons, dans le cadre la production de sources d’alimentation pour la volaille et l’aquaculture, ainsi que d’additifs plastiques pour la force et la coloration, pour l’amendement du sol des cultures d’amandes et d’autres aliments, comme source d’alimentation supplémentaire en hiver pour les abeilles mellifères, voire même dans le brassage de la bière.

Imiter mère nature

Des sols sains, c’est essentiel dans les jardins individuels autant que dans les vergers d’amandiers. À la manière d’un arbre qui, lorsqu’il tombe dans la forêt, apporte des nutriments à ceux qui l’entourent, les chercheurs travaillent sur des projets financés par la Collective des amandes de Californie et la communauté des exploitants d’amandes afin d’explorer le potentiel des coproduits de l’amande en matière de recyclage et de retour au sol, ainsi que la manière dont cela influe sur la santé du verger.

L’objectif de ces projets est d’améliorer la santé des sols en accroissant les nutriments du sol, les matières organiques, l’activité microbienne et les organismes utiles, tout en permettant une meilleure infiltration des eaux et capacité de rétention de l’eau.

L’un de ces projets de recherche actuellement en cours est connu sous le nom de recyclage complet du verger, processus grâce auquel l’intégralité des vergers d’amandiers serait exploitée en fin de vie et dont les matériaux ligneux seraient incorporés aux sols. Des recherches préliminaires ont indiqué que ce procédé permettrait le retour des nutriments au sol, une meilleure infiltration et un meilleur stockage des eaux,3 tout en réduisant le taux de rejet de dioxyde de carbone, gaz à effet de serre, dans l’atmosphère.4

En savoir plus

 


1. Bonne nouvelle à propos des amandes et de la santé cardiovasculaire. Des éléments scientifiques suggèrent (sans le démontrer avec certitude) que la consommation de 40 g de fruits à coque, comme des amandes, dans le cadre d’un régime faible en graisses saturées et cholestérol peut réduire le risque de maladie cardiaque. Une portion d’amandes (28 grammes) contient 13 grammes de graisses non saturées et seulement 1 gramme de graisses saturées.
2. Alissa Kendall, et al. « Évaluation basée sur le cycle de vie de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre dans le domaine de la production d’amandes. Partie 1 : Cadre analytique et résultats initiaux. » Journal of Industrial Ecology. 2015.
3. 16-PREC3-Holtz. Recyclage des vergers d’amandiers.
4. Alissa Kendall, et al. « Évaluation basée sur le cycle de vie de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre dans le domaine de la production d’amandes, Partie I : Cadre analytique et résultats initiaux. » Journal of Industrial Ecology. 2015.