Développement durable

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Se développer dans la durée

En plus d'offrir une alimentation saine et d'agir en faveur de la santé des consommateurs, les producteurs californiens d'amandes – qui sont plus de 6 500 – s'engagent à adopter des pratiques agricoles durables qui respectent l'environnement et la population locale1,2. Plus de 90 % des exploitations consacrées à la culture des amandes en Californie sont familiales. Leurs propriétaires font en général partie de la troisième ou quatrième génération d'exploitants et prévoient de léguer leurs terres et leur mode de vie à leurs enfants et petits-enfants2. Près des trois quarts des exploitations d'amandes font moins de 40 hectares2. Ces cultivateurs savent qu'il est important de gérer attentivement les ressources pour les générations actuelles et futures, d’offrir un travail constant à leurs employés et de préserver la qualité de l’air et de l’eau pour leur famille et leurs voisins.

Les pratiques durables adoptées par les producteurs d'amandes varient en fonction de chaque verger et dépendent de conditions particulières comme les variations des sols et du climat dans la Vallée Centrale de Californie. Pour mettre en œuvre le développement durable, il faut prendre en compte les ressources et en prendre soin de façon individualisée, par exemple en analysant les conditions météo, l'humidité des sols et des amandiers, afin de déterminer les stratégies d'irrigation les plus efficaces et les besoins en nutriments.

Afin d’aider les producteurs à relever ces défis complexes, la Collective des Amandes de Californie investit chaque année plus de 2 millions de dollars dans des recherches portant sur des questions environnementales et de production dans le but de faire constamment évoluer les bonnes pratiques. Vous trouverez ci-dessous nos initiatives actuelles dans le domaine du développement durable.

Une équipe déterminée

En matière de pratiques agricoles durables, les producteurs d'amandes de Californie et les responsables du secteur sont à la pointe de l’innovation et veulent toujours en faire plus. Le programme de développement durable des amandes de Californie (CASP) a été créé en 2009 dans le but de mieux comprendre les pratiques de développement durable actuellement employées par les producteurs dans les aspects suivants de leur activité :

  • eau (efficacité et qualité) ;
  • qualité de l'air ;
  • énergie ;
  • terres (gestion des nutriments, lutte contre les parasites et santé des abeilles).

En plus de collecter des données liées aux domaines cités ci-dessus, nous avons analysé les pratiques employées pour la production d'amandes en fonction de leur impact relatif sur l'environnement et leur incidence économique pour les producteurs. Cette analyse de valeur a aidé les producteurs d'amandes à identifier les pratiques offrant le meilleur impact environnemental et économique tout en contribuant aux futurs domaines et projets de recherche.

L'importance de l'eau

La valorisation de l'eau et la gestion de l'irrigation sont des éléments essentiels de la réussite des producteurs d'amandes de la Vallée Centrale de Californie, car elles permettent de répondre à la demande des consommateurs de manière durable.

Depuis plus de 30 ans, la Collective des Amandes réalise des études et met en œuvre des techniques pour exploiter au mieux nos précieuses ressources en eau. En fait, les avancées de pointe de ces 20 dernières années au niveau de la culture et de la production ont permis aux producteurs d'amandes de réduire de 33 % le volume d'eau utilisé par kilo d'amandes cultivées3.

Télécharger le PDF de la Fiche sur une utilisation judicieuse de l'eau – Amandes de Californie

Comment cela a-t-il été possible ? Dans le cadre du programme CASP, nous avons observé les pratiques quotidiennes de valorisation de l'eau utilisées par les producteurs d'amandes, en nous en avons tiré les enseignements suivants : 

  • Plus de 70 % des propriétaires de vergers d'amandiers participant à une étude de 2014 déclaraient avaient recours à des systèmes de micro-irrigation, qui préservent l'eau en réduisant le ruissellement et en appliquant directement l'eau dans la rhizosphère pour éviter de la gaspiller et pour prévoir précisément la chronologie et le taux d'irrigation.
  • 83 % des producteurs indiquaient utiliser une irrigation à la demande plutôt que planifiée : ils surveillaient la météo, l'humidité des sols et les arbres pour déterminer quand irriguer, et quel volume d'eau utiliser4.
  • 62 % des producteurs d'amandes se servaient de cartes des sols pour comprendre les caractéristiques des sols de leurs vergers, afin de concevoir leurs systèmes d'irrigation et améliorer ainsi l'infiltration et la distribution des eaux4.
  • Les producteurs d'amandes assurent aussi une maintenance optimale de l'infrastructure des systèmes d'irrigation.

C’est notamment grâce à ces innovations que, malgré l'augmentation pendant les années 2000 de la superficie occupée par les cultures vivaces en Californie, dont la culture des amandes, le volume total d'eau acheminé jusqu'aux exploitations agricoles est resté stable – l'augmentation de la production n'a donc pas fait monter le volume total d'eau consacré à l'agriculture5. Si l'on se penche sur les tendances à plus long terme, on constate que les agriculteurs californiens ont toujours réussi à faire plus avec moins de ressources. Entre 1967 et 2010, les revenus agricoles de l'État ont augmenté de plus de 85 %, tandis que l'utilisation totale d'eau dans les récoltes a baissé de plus de 5 %5.

Outre une meilleure valorisation de l'eau, la protection de la qualité des eaux souterraines est un élément essentiel pour les producteurs californiens, leur famille et leurs voisins. Les producteurs d'amandes ne cessent d'améliorer la gestion de l'azote. En fait, selon une étude réalisée par l'Université de Californie à Davis, les amandes font partie des cultures les plus efficaces en termes d'utilisation de l'azote. Avec les pratiques agricoles actuelles, l'efficacité d'utilisation de l'azote est de 75-85 % pour les amandes, contre 50 % pour l'ensemble des cultures agricoles6.

Pour en savoir plus sur les amandes et l'eau, cliquez ici.

Empreinte carbone

La Collective des Amandes de Californie travaille actuellement, en collaboration avec le département de génie civil et environnemental et l'Institut d'agriculture durable de l'Université de Californie à Davis, sur une Évaluation du cycle de vie qui vise à étudier les gaz à effet de serre et l'empreinte énergétique associés à la production d'amandes. L’objectif de cette étude est de réaliser des évaluations spécifiques à la Californie pour les amandes au lieu de se fier à des calculs globaux de l'empreinte climatique pour les produits alimentaires, qui peuvent varier en fonction du climat, des sols, de la distance de transport et d'autres variables géographiques.

La première phase de l'Évaluation du cycle de vie réalisée par Amandes de Californie étudie l'impact climatique et la consommation énergétique de la production des amandes de Californie (de la pépinière jusqu'à l'obtention d'amandes décortiquées et écalées) sur le cycle de vie d'un verger d'amandiers, qui est typiquement de 25 ans. L'une des conclusions importantes de cette étude est que la production énergétique issue de la coque des amandes et des amandiers après récolte des fruits est essentielle pour obtenir une production optimale d'amandes. En fait, lorsque ces déchets sont pleinement utilisés, la production d'amandes peut être neutre en carbone ou même avoir un bilan carbone négatif7. Les recherches se poursuivent pour déterminer si un nombre significatif de producteurs d'amandes californiens réutilisent actuellement leurs déchets de cette façon.

La Collective des Amandes travaille actuellement à l'approbation de la deuxième phase de l'Évaluation du cycle de vie avec des chercheurs de l'Université de Californie à Davis, qui étudiera la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre de la production en aval – notamment des activités comme le blanchiment, la torréfaction, le conditionnement et le transport des amandes.

Réduction des déchets

Les déchets résultant des produits dérivés des amandes de Californie sont minimes. En fait, les amandiers et l'eau utilisée pour leur culture permettent de produire deux produits séparés. En plus de l'amande elle-même, la gove est utilisée pour nourrir le bétail, ce qui réduit les besoins en terres et en eau qui seraient utilisés à la place pour faire pousser du foin ou de la luzerne. Enfin, la coque est utilisée comme litière pour le bétail et en tant que source d'énergie alternative dans les centrales de cogénération.

Pour toute question ou information sur nos initiatives de développement durable, veuillez contacter la Collective des Amandes.

 


1. Définition du programme de développement durable des amandes de Californie : la production durable d'amandes repose sur des pratiques de production économiquement viables, fondées sur la recherche scientifique, le bon sens et le respect de l'environnement, du voisinage et des employés. C'est ainsi que nous obtenons en abondance un produit alimentaire nutritif et sain.

2. Recensement de 2012 du ministère américain de l'Agriculture. http://www.agcensus.usda.gov/Publications/2012/

3. UC Drought Management – Historical Almond ET, et Goldhamer, David, 2012. Almond in Group Yield Response to Water. FAO irrigation and Drainage Paper No. 65, P. Steduto, T.C. Hsiao, E. Fereres et D. Raes, édition Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, Rome, Italie, p. 246-296.

4. Collective des Amandes de Californie, 2014 Almond Sustainability Program Report.

5. Département californien chargé des ressources en eau, Water Plan Update, 2013

6. Université de Californie à Davis, Management of Nitrogen in Almonds and Pistachios, 2013. p. 21 http://www.cdfa.ca.gov/is/ffldrs/frep/pdfs/Brown_2013.pdf

7. Université de Californie à Davis, Greenhouse Gas and Energy Footprint (Life Cycle Assessment) of California Almond Production Report, p. 24.